• Mamans d'influcence

#BELLCAUSE POUR LA CAUSE

Collaboratrice anonyme



« La santé mentale est quelque chose de précieuse. On la prend souvent pour acquise dans les périodes où ça se passe bien. Par contre, lorsque l’anxiété frappe, on se souvient à quel point on était bien avant qu’elle pointe le bout du nez. 


Ce qui est le plus difficile avec l’anxiété, c’est qu’elle nous prend souvent par surprise, dans les moments où on n’est pas préparé, et elle nous paralyse complètement. 


Lorsque j’avais 18 ans, j’ai commencé à vivre de l’anxiété dans des contextes précis (école, restaurant, endroits publics bondés), sans que je ne puisse expliquer pourquoi. 





Je me souviendrai toujours la première fois où j’ai fait une crise de panique. C’était en classe, au Cégep, dans un cours de psychologie. Soudainement, j’ai commencé à avoir chaud, à être nauséeuse et tout ce que j’avais en tête, c’était ma voix qui me disait: 

« Sors d’ici, il faut que tu sortes tout de suite ».

Après cet épisode, la crainte de vivre à nouveau ses symptômes, est devenue de plus en plus grande, jusqu’à en devenir une pensée limitante. Cette voix, elle m’a suivie pendant près de 6 ans avant que je ne réussisse à la faire taire. 

Bien sûr, il y a encore des jours où cette pensée me reviens en tête, mais aujourd’hui j’arrive à la raisonner et à me dire que c’est une réaction de mon être à un état de stress et qu’il n’y a pas de danger réel. Même si moi c’est ce que je perçois, le danger. Il aura fallu un suivi psychologique et beaucoup de travail d’exposition face à mes peurs pour arriver à prendre le dessus. 

Je ne vous cacherai pas qu’il va toujours y avoir des moments où le contrôle m’échappera et où l’anxiété fera un retour en force. Par contre, aujourd’hui je suis capable de la remettre à sa place et de me dire qu’après tout, ça fini toujours par passer. » Anonyme

34 vues
  • Grey Instagram Icon
  • Grey Facebook Icon

© 2018 MAMANS D'INFLUENCE